La psychanalyse des quatre saisons : une adaptation entre l’intime et l’externe en quatre temps dans l’année.


fill0ok

 

En travaillant au cours des années avec l’éclairage de la psychanalyse et du transgénérationnel, et en les associant à la vision orientale et chinoise des cycles énergétiques, j’ai constaté combien les individus sont sensibles à l’énergie saisonnière, même lorsqu’ils n’en sont pas conscients. Nous trouvons assez évident que la dépression culmine quand il fait sombre et froid, et que l’excitation et les passages à l’acte, les fameux «  pétages de plomb » aient lieu quand il fait chaud et que les nuits sont d’autant plus agitées qu’elles sont courtes !

Derrière ces évidences il existe une logique des mouvements subtils, comparable au cycle des saisons, des équinoxes et des solstices, qui marquent de façon progressive et précise les changements de notre rapport à la lumière et à l’ombre, à la chaleur et au froid. Ces sensations ne sont pas seulement traduisibles en termes corporels, car la relation à la lumière et à son absence concerne aussi notre vie intérieure, émotionnelle et psychique.

Ce constat m’a amenée à envisager des relations thérapeutiques qui prennent en compte l’aspect cyclique de notre temps de vie. J’ai constaté qu’il est des moments plus opportuns que d’autres pour traiter, écouter et prendre en compte des difficultés qui se présentent plus spécifiquement à certaines périodes de l’année : ancestralité, père, mère, travail, création. La vie psychique a des axes, tout comme notre tissu relationnel comporte des rôles dévolus à des parents, des amis, et ces axes peuvent être pris en compte dans une vision à la fois globale et précise.

Ces ouvertures particulièrement propices sont des occasions d’aborder consciemment des problèmes déjà révélés, ou de prévenir des choses encore enfouies qui pourraient apparaître par la suite.

En Chine on va voir l’acupuncteur aux changements de saison pour ne pas être malade plus tard. Dans la même intention je propose aux personnes qui le souhaitent de faire un bilan sur leur situation présente et de prendre en compte ce qui se présente ici et maintenant, en le situant dans une perspective globale.

Certains envisagent difficilement, pour toutes sortes de raisons, de s’engager dans une thérapie à moyen ou long terme. Ce que je propose est une séance saisonnière d’une demi-journée, pour réguler le passé, mieux accepter le présent, avoir des bases pour mieux construire l’avenir.

Rythmée par les équinoxes en demi saison ( 21 mars et 21 septembre ) et les solstices en culmination ( 21 juin 21 décembre), cette approche est en cohérence avec les rythmes de la nature en nous et à l’extérieur de nous.